Continuités écologiques

Trame Verte et Bleue

Le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) Aquitaine se sont associés en 2013 dans un projet expérimental et partenarial ayant pour objectif principal de développer une méthode simple et innovante d’identification des continuités écologiques adaptée au territoire et reproductible sur l’ensemble des communes du PNRLG.

Les animaux ont besoin de se déplacer pour pouvoir se nourrir, se reproduire, se reposer et aller à la conquête de nouveaux territoires. En parallèle, les Hommes développent leurs villes, leurs réseaux routiers et aménagent leur territoire pour permettre l’épanouissement de leurs activités.  La cohabitation n’est pas sans causer de nombreuses difficultés : les infrastructures humaines empêchent le déplacement de la faune sauvage et compromettent le fonctionnement des écosystèmes.

C’est le cœur de la problématique des continuités écologiques, institutionnalisées dans la loi du Grenelle de l’Environnement en 2007 sous le terme de Trame Verte et Bleue (TVB) et déclinées au niveau régional au travers du Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE), adopté fin 2015.

Le PNR et la LPO Aquitaine ont choisi d’aider les communes sur cette thématique en leur proposant une méthode simplifiée et adaptée aux spécificités du territoire. Il ne s’agit plus de penser une nature en réserve au profit d’une biodiversité remarquable mais de prendre en compte l’ensemble des espaces nécessaires au cycle de vie des espèces, même les plus ordinaires.

Plus concrètement, sur notre territoire, les continuités écologiques sont constituées par tous les espaces naturels que l’on peut considérer comme diversifiés (bois de feuillus, landes humides, lagunes, cours d’eau…). Hors, l’urbanisation impacte ces continuités écologiques. Elle perturbe les espaces naturels selon leur proximité avec le bâti. Le déplacement de la faune sauvage est dérangé à la fois par la pollution (sonore, lumineuse, etc.) mais également par les animaux domestiques. On estime donc que les zones de tranquillité pour la faune se trouvent à plus de 500 m du bâti. Les continuités écologiques sont alors formées à partir des espaces en zone de tranquillité connectés les uns aux autres.

A l’échelle du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, les principales continuités correspondent aux forêts de feuillus encadrant la Leyre et ses principaux affluents. Des continuités dites en « pas japonais » se dessinent également de part et d’autre du territoire, reliant les îlots de feuillus au sein de la forêt de production.

Même si l’on a l’impression d’une nature très présente, il est à noter que selon l’étude des TVB sur les 11 communes du Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, seul 2% environ du territoire est considéré comme une zone de tranquillité pour la biodiversité.

L’objectif de ce travail est de pouvoir accompagner les collectivités locales dans la prise en compte des continuités écologiques, notamment au sein de leur document d’urbanisme. En ce sens, un travail de sensibilisation est en cours afin de présenter le réseau écologique ainsi constitué aux élus par l’intermédiaire de réunions en salles et de sorties sur le terrain, ce travail se voulant participatif. Sur 11 communes étudiées en 2015, le parc a proposé sa méthode sur 6 territoires en cours de procédure (5 PLU et 1 SCOT).

Les communes peuvent également s’appuyer sur de nouveaux outils et sur les conseils de l’équipe pour mettre en œuvre un plan d’action et préserver ce patrimoine.

Cela relève également de la responsabilité de tous d’agir à son niveau : des gestes simples, peuvent enrichir nos espaces. Cette prise en compte est d’autant plus importante que les continuités écologiques sont essentielles pour nous. Elles participent à notre cadre de vie et de respiration.

Des « Guide pratique à l’usage des collectivités pour la mise en place de la Trame Verte et Bleue à l’échelle locale » seront progressivement mis à disposition dans les communes concernées.


Pour en savoir plus :

www.trameverteetbleue.fr