Les éco-matériaux, filière d'avenir
Après avoir proposé des journées grand public sur l’éco-habitat en juin dernier, sur le site de l’écomusée de Marquèze, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne s’engage pour la promotion des éco-matériaux et parmi eux des matériaux bio-sourcés. Le dernier comité syndical du Parc a ainsi délibéré en faveur d’une souscription à la société coopérative Proeba qui promeut l’éco-construction, comme signe fort de son soutien aux démarches innovantes dans la construction.

Eco-matériaux et matériaux bio-sourcés : de quoi parle-t-on ?

Les éco-matériaux sont des matériaux qui ont un faible impact sur l’environnement. Ils peuvent être d’origine minérale ou minière (béton cellulaire, ossature en acier, tuiles en fibrociment, bardage en cuivre de zinc, enduit de plâtre…), mais ils peuvent également être d’origine animale ou végétale, ce sont alors des matériaux bio-sourcés. Ces derniers couvrent aujourd’hui une large gamme de produits et trouvent de multiples applications, en tant qu’isolants (laines de fibres végétales ou animales, de textile recyclé, etc), mortiers et bétons (béton de chanvre, etc), matériaux composites ou encore dans la chimie (colles, etc).

 

Les matériaux bio-sourcés, déjà incontournables

Depuis 2010, les matériaux bio-sourcés ont été identifiés par le Commissariat général au développement durable (CGDD), comme l’une des 18 filières vertes ayant un potentiel élevé pour l’avenir, notamment en raison de leur rôle pour diminuer la consommation de matières premières d’origine fossile, limiter les émissions de gaz à effet de serre et créer de nouvelles filières économiques. Les matériaux bio-sourcés n’ont cessé de prendre de l’importance depuis pour leur rôle stratégique dans:

-          l’économie locale, et notamment les circuits courts (par exemple la construction bois en pin des Landes sur le territoire)

-          l’amélioration de la performance énergétique dans la construction neuve et dans la restauration : la mise en œuvre de matériaux bio-sourcés concourt à réduire la facture énergétique et à améliorer le confort intérieur ;

-          la promotion induite de savoir-faire et filière, avec une mise en réseau de clients, artisans et fournisseurs et la création de plateformes collaboratives ;

-          un moindre impact environnemental global, car l’utilisation des matériaux bio-sourcés participe à la préservation des ressources naturelles ; en termes déchets aussi, les matériaux bio-sourcés ont leur part à jouer  dans un secteur, le BTP, qui est un générateur important de déchets.

-          l’équité sociale, en permettant l’accès à un habitat décent, non énergivore, architecturalement sain et créatif.

 

L’engagement du Parc naturel régional

Pour atteindre ses objectifs en matière d’urbanisme durable (innovation architecturale, limitation de l’étalement urbain, préservation des paysages, …) le Parc naturel régional met en place différentes actions incitatives, de conseil et d’expérimentation-innovation mais aussi morales et exemplaires comme sa souscription à la SCIC Proeba (société coopération d’intérêt collective pour les PROfessionnels de l’Eco- et du Bâti Ancien) qui s’installe aux portes du territoire entre Tartas et Pontenx-les-Forges.

Cette société est née cette année 2017 de l’évolution de l’entreprise Matécolo, basée à Tartas, en société coopérative. Par cette transformation, l’entreprise affirme son caractère d’intérêt collectif et son rôle de rendre service au territoire, ce qui autorise le Parc naturel régional à la soutenir moralement et financièrement. Pour cela, il achète 50 parts sociales qui représentent un montant de 500 euros, somme toute symbolique. Mais par cette souscription, le Parc devient un acteur de l’entreprise, aux côtés des artisans et entreprises du bâtiment ou autres, des négoces et fournisseurs, mais aussi des salariés et de divers sympathisants, et enfin d’autres acteurs publics. Par ce geste, le Parc fait clairement état de son engagement dans les filières éco-responsables ainsi que de son soutien aux acteurs de ces filières. Les journées de juin organisées à l’écomusée de Marquèze cette année sur l’éco-habitat s’inscrivent dans cette ambition de faire connaître les nouveaux modes de construction et restauration pour un habitat sain et plus écologique.

Vous ne pouvez pas voir ce commentaire.

Vous ne pouvez pas poster de commentaire.