"Notre coin de paradis se cache au milieu des roselières sous un ciel mitigé entre nuages gris et timides rayons de soleil. Notre domaine de Fleury est au cœur du Delta de la Leyre, site naturel classé. Toujours magique !

Un peu « détrempé » il faut bien le reconnaitre mais pour parler de la journée des zones humides, cela est bien à propos.

Si le cœur vous dit d'emprunter un jour ses sentiers pour une jolie promenade à la rencontre de cette nature engourdie à l’abri des hautes futaies, caressée par le souffle marin, vous croiserez peut-être un héron fier et solitaire, une colonie de foulques en vadrouille ou un couple insouciant de ragondins en bordure d’une digue.

La lumière changeante et les odeurs guideront vos pas... ( chaussés de bottes… ce serait mieux !)

domaine_de_fleury_0

_

Dès qu’on quitte le village, la nature nous appelle et l’œil s’évade dans la vastitude du paysage qui sort de son cadre. Sans cesse différent au fil des saisons, par ses couleurs, ses formes, ses odeurs et ses silences, mais qui se dessine toujours sur une toile d'eau...

Le Delta de la Leyre, classé RAMSAR , est le parfait exemple de la zone humide. Territoire conservé, protégé, aménagé, entretenu mais aussi exploité par l’homme qui est un peu ici, le jardinier du paysage.

Ce moment d’hiver laisse à penser que tout est vide et mort. En réalité, rien n’est figé. Tout se prépare, se concerte pour se parer. Les pruneliers, les aubépines sont prêts à se vêtir de blanc, le chèvrefeuille repasse ses fleurs odorantes, le merle siffle dans la haie, la rousserole salue le lever du soleil.

Terre, à la fois du fond des mers et des horizons liquides avec pour remparts les hautes falaises de la fière pinède. La première gelée est réveillée par un pâle soleil qui colore de rose l’immensité du marais, blotti sous la brume, d’où surgissent des bouquets de baccharis d’un blanc de craie. Le monde nous paraît neuf sous ce soleil de verre qui semble réverbérer la lumière plutôt que de la faire naître.

La réalité de ce pays n’existe pleinement que pour ceux à qui il laisse apparaître, par instants, ce qu’il a de plus inimaginable.

Peut-être, alors, découvrirez-vous une sauvagerie insoupçonnée au cœur même de ces paysages familiers."

Tous les ans la "Journée Mondiale des Zones Humides" se déroule autour du 3 février.

JMZH2018

Dans ce cadre, le Pôle Éducation et la Mission Patrimoine Naturel du Parc ont organisé avec la Fédération de Pêche de la Gironde une sortie pour le grand public.Il s'agissait de comprendre l'intérêt écologique de ces milieux, notamment en les abordant par le biais de la période de crue qui permet une continuité entre la Leyre et les marais.

JMZH_Marais_Graoux_Nicolas_KULAK-2
JMZH_Marais_Graoux_Nicolas_KULAK-5
JMZH_Marais_Graoux_Nicolas_KULAK-14

La biodiversité y a été observée et décryptée, et l'intérêt pour la faune piscicole mise en évidence.

C'est grâce à des canoës collectifs que les participants ont pu s'immerger (au sens figuré bien sûr !) dans ce cadre qui les enchantés.

JMZH_Marais_Graoux_Nicolas_KULAK-7

"D'accord, ça aurait été un peu mieux avec du soleil. Mais quelle superbe balade entre rivière et marais que celle qu'ont partagée nos aventuriers du Club Nature!

Là, ils ont pu se rendre compte de la place que prenait l'eau lors des crues hivernales. Un paysage bien différent de celui que nous pouvons observer en été. Et comme l'a expliqué Angel (le "chef canoë"), ces débordements ne sont pas sans conséquence sur la vie aquatique.

DJI_0088

Naviguer au milieu des arbres n'était pas évident, nos petits experts ont dû affronter quelques égratignures ou des ronces accrochées dans les cheveux, mais le moral était là, comme toujours.

Quelques observations d'oiseaux ont même été possibles, postées comme d'habitude sur le site participatif Faune-Aquitaine : des cormorans, des pigeons ramiers (oui, c'est le vrai nom des palombes), des hérons...

20180131_160148_resized

Pour l'occasion, le Club Nature a même été suivi en partie par un drone, piloté par un agent du Parc naturel régional des Landes de Gascogne (merci Jean !), ce qui permet de voir quelques belles photos des jeunes naturalistes du Parc, vues d'en haut.

Une rencontre avec Jean est d'ailleurs programmée afin qu'il explique aux enfants son travail et en quoi le drone peut lui être utile."

DJI_0066