« Je connais le coin par cœur… J’y ai grandi, je l’aime. Et pourtant je le redécouvre à chaque fois. Petite, mon père m’emmenait souvent en canoë sur les eaux ambrées de la Leyre.

Le tunnel de verdure, les osmondes royales sur les berges qui semblent chatouiller l’eau, les rayons du soleil qui s’engouffrent entre deux arbres, papa et son chapeau… J’étais un peu la fille d’Indiana Jones sur une rivière sauvage tropicale ! Presque 20 ans après, lui et moi avons beaucoup changé, mais pas elle. Armée de mon gilet de sauvetage, d’une pagaie simple et d’un canoë jaune poussin, je reprends sur plusieurs jours le chemin que nous avions parcouru ensemble.

Leyre

Si j’avais été plus courageuse, j’aurais pu la descendre entièrement : sur 4 à 5 jours, les ambassadeurs de la rivière ont mis en place, avec le Parc naturel régional des Landes de Gascogne, un réseau d’itinérances et des aires d’escales pour les nuitées. Selon les tronçons, la Leyre revêt un nouveau visage. Tantôt sinueuse, puis large, elle me donne, par endroits, quelques sueurs ! Quelques arbres tombés exigent de moi des manœuvres délicates… Je suis une novice dans la navigation et pour tout dire, je suis plus concentrée sur la nature à couper le souffle qui m’entoure.

Un Caloptéryx Splendens (… qu’il porte bien son nom) se pose sur l’avant de mon canoë comme pour me montrer le chemin. C’est un mâle, on le reconnaît à son bleu turquoise éclatant qui le distingue des libellules femelles, vert clair. Sous la végétation luxuriante, seuls les cris des oiseaux se font entendre.

2008_06_27_Belin_pré hadan-mesplet (23)
IMG_7245

Pas une voiture, presqu’aucune maison sur ses berges, seulement quelques ponts à passer et qui sonnent parfois une pause méritée. Au milieu d’un trésor de nature pareil, précieux et protégé (heureusement !), le temps semble suspendu et je n’entends que le clapotis de l’eau sur la pagaie qui me sert de dérive. Je vais lentement, avec un peu de chance, et beaucoup de discrétion, une loutre me surprendra peut-être… »

----

Découvrir ICI les ambassadeurs de l'itinérance sur la Vallée de la Leyre et ICI les prestataires qui possèdent la Marque Valeurs Parc Naturel Régional. 

Tout sur la vallée : www.canoesurlaleyre.com

C’est sous des conditions météorologiques magnifiques et très propices à l’observation des papillons, que le Club Biodiversité s’est réuni, mardi dernier à Moustey, pour une sortie organisée par Frédéric.

« Le matin, nous avons prospecté en deux endroits situés sur la commune de Moustey en direction de Belhade. Le long d'un chemin bordé de ronces, de jeunes pins, de chênes et de bruyères, toutes nos observations se sont concentrées sur à peine 100m. Nous y avons observé 17 espèces : le Demi-deuil, le Cuivré commun, l’Azuré commun, le Sylvain azuré, le Grand nègre des bois, le Citron, le Silène, l’Amaryllis, le Myrtil, le Tristan, l’Hespérie de la houque, la Piéride du chou, le Machaon (en mode furtif), le Mégère, le Collier de corail, une Mélitée des Mélampyres (tardive dans la saison, d’ailleurs elle était bien abîmée), et un magnifique Moyen Nacré qui nous a enchanté par sa beauté. Au-dessus de nous a volé un épervier.

Le Moyen nacré, Fabriciana adippe

Le Moyen nacré, Fabriciana adippe

Le second point d’observation était au lieu-dit Hourtoy, un chemin qui descendait vers la Leyre, un milieu plus humide, où nous retrouvé sans surprise le Tircis, le Tristan, ainsi qu’une Sylvaine. Un Vulcain a fait une très courte apparition, et nous avons pu admirer un Paon du Jour. Au-dessus de la Leyre est passée une bergeronnette des ruisseaux, et ce milieu plus humide a été l’occasion également de faire quelques belles observations de libellules : le Caloptéryx vierge méridional, l’Onychogomphe à crochet ainsi qu’une femelle de Cordulégastre annelé en train de pondre dans un petit ruisseau qui s’écoulait vers le bas du chemin ; elle tapait son abdomen de manière répétée sur l’eau, un beau spectacle.

Le Cordulégastre annelé, Cordulegaster boltonii

Le Cordulégastre annelé, Cordulegaster boltonii

Après la pause déjeuner, c’est avec Eric Castex, président de l’association Alter’Landes, sylviculteur et gestionnaire forestier d’une parcelle de 15ha située sur la partie ouest de la commune de Moustey, que la journée a continué. Il était accompagné de Tom, un apprenti sylviculteur actuellement en stage d’observation sur le terrain.

Ce fut un après-midi très enrichissant pour les uns et les autres grâce au mélange des connaissances et le partage des savoirs et des expériences, qui font toute la richesse et la raison d’exister du Club Biodiv.

Les parcelles d’Eric sont composées d’un mélange de pins et de feuillus de différentes espèces, avec des allées parfois herbeuses, parfois plus sèches, et une zone de molinie/fougère où les arbres ne poussent guère. Ces milieux forestiers sont généralement peu propices à l’observation des papillons qui préfèrent les endroits plus ouverts. Néanmoins, celui-ci abrite quelques plantes-hôtes de certains papillons, et au final il y avait une relative richesse. Sur la parcelle même, nous avons vu le Demi-deuil, le Citron, la Piéride du chou, le Tircis, l’Amaryllis, l’Hespérie de la houque, le Collier de corail, le Petit Sylvain, le Cuivré commun, l’Agreste, le Silène, le Grand Nègre des Bois.

En sortant du bois, le long de la route bordant la parcelle, nous avons admiré un magnifique Sylvain azuré posé sur une feuille de chêne, le Souci, l’Azuré commun et l’Azuré des nerpruns. Enfin, nous avons vu 3 chenilles de Mélitée des centaurées, sur la tige de leur plante-hôte, la centaurée (comme son nom l’indique) : une chance car la bordure avait été tondue.

Une chenille de la Mélitée des centaurées, Melitaea phoebe

Une chenille de la Mélitée des centaurées, Melitaea phoebe

Le Sylvain azuré, Limenitis reducta

Le Sylvain azuré, Limenitis reducta

Côté oiseaux, nous avons rencontré, en arrivant, un rapace qu’Isabelle a pu identifier : il s’agissait d’une bondrée apivore ; nous avons également rencontrer un pic noir que nous n’avons pas vu mais qui s’est fait bruyamment remarquer. Au passage, Eric nous a signalé qu’il l’entendait à chaque fois qu’il venait sur le terrain (il y est donc certainement nicheur). Nous avons également croisé plusieurs espèces de libellules.

Le bilan papillon de cette journée est de 26 espèces rencontrées. Maryline se souviendra maintenant du Demi-deuil, et nous n’oublierons pas le magnifique Moyen nacré.

Dans le cadre de l’Atlas des papillons d’Aquitaine, dont c’est la dernière année de prospection, nous avons ajouté 2 espèces  La partie prospectée l’après-midi se situe dans une maille de 10km sur 10 allant de l’ouest de Moustey à Liposthey et Pissos. Sur cette maille, nous avons rajouté 2 espèces : la Mélitée des centaurées ainsi que le Petit Sylvain.

Je tiens à dire que cette observation de Petit Sylvain est pour moi tout à fait remarquable à cet endroit car ce papillon est habituellement observé dans des endroits très frais et humides. Je me serais donc attendu à le trouver plutôt en bordure de la Leyre. De plus, ce papillon pond sur les chèvrefeuilles sauvages. C’est donc grâce à la gestion d’Eric qui consiste à laisser la nature s’exprimer dans le sous-bois, que la biodiversité existe et que nous pouvons trouver des espèces qui seraient normalement absentes. C’est pour moi la meilleure preuve de la pertinence de ce mode de gestion. »

Frédéric Dissart (texte) et Isabelle Thiberville (Photos) Club Biodiversité

Beau travail que celui réalisé avec l'Atelier de Mécanique Générale et les enfants de l'école de Pissos sur cette année scolaire qui se termine.

 Une petite vidéo sur les espèces invasives qui n'ont définitivement pas leur place dans cette belle rivière...

ret kayak audenge

Durant l'année scolaire, les élèves de CM2 de l'école d'Audenge ont suivi un projet pour la pratique du kayak en partenariat avec le Pôle Éducation à l'environnement du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, dans leur commune. L'utilisation de différentes embarcations a permis la découverte de différents milieux, le delta de l'Eyre et le bassin d'Arcachon, la connaissance de l'environnement proche des enfants, la compréhension de la faune et la flore, des risques inhérents des marées, etc.

Les élèves ont terminé leur cycle de pratique par une belle matinée ensoleillée, du port d'Audenge vers le domaine de la pointe de Certes et Graveyron, avant de profiter des grandes vacances !

ret audenge bassin 2018

Avec la participation du club de kayak Audengeois.