Les jeunes naturalistes du Parc ont fait leur rentrée et ont débuté l'année en s'intéressant au monde des abeilles.

Ils ont été accueillis par Laurent, un jeune retraité apiculteur amateur passionnant. Il leur a expliqué que l'ancêtre commun des abeilles, guêpes et frelons ressemblait à une guêpe. Au tout début, c'était un insecte carnivore mais avec l'apparition des plantes à fleurs, il y eut des spécialisations et les abeilles butineuses sont apparues.

Il leur a appris qu'il existait de très nombreuses espèces d'abeilles, la plupart solitaires. L'abeille qui produit le miel est un insecte social.

Laurent a raconté la vie d'une ruche, en commençant par les ruches naturelles, qui sont des trous d'arbres colonisés par les abeilles.

Dans son jardin, il a quelques ruches qui se rapprochent des conditions naturelles dans lesquelles vivent les abeilles "sauvages". Les insectes se portent bien, ne sont pas agressifs, et bien sûr participent à la pollinisation des plantes du jardin de Laurent et des alentours. Ses abeilles lui donnent entre 6 et 12 kilos de miel par ruche et par an.

Les jeunes ont pu s'approcher sans crainte des ruches en se couvrant toutefois la tête de chapeaux d'apiculteurs pour ouvrir l'une d'entre elles.

Une idée est en train de faire son chemin chez les jeunes naturalistes du Parc et l'animateur du Club... "Et si on mettait une ou deux ruches au Graoux, dont le club nature serait responsable ?"

Laurent est prêt à les aider pour ça, affaire à suivre donc !

clubnature-api

De Captieux à Saint-Macaire, Chéri et moi choisissons de faire escale en landes girondines pour notre séjour romantique de fin d'été...

Au programme, balades et randonnées, découvertes en cités médiévales et gastronomie de terroir.

Nuit à deux dans la forêt des Landes de Gascogne

À moins d'une heure de Bordeaux, c'est à Cap Cabane, que nous posons nos bagages. Au cœur de la forêt, dans des cocons perchés aux cimes des pins, Philippe, le propriétaire, nous donne la clé de moments privilégiés. La vue sur le ciel étoilé du Parc naturel régional est imprenable. Les odeurs de résine et de bruyère, le chant des palombes, les couleurs de début septembre et la rivière en contre-bas contribuent à parfaire notre moment de relâche en amoureux. Après une nuit douce dans un calme absolu en pleine nature, un petit-déjeuner bio servi par notre hôte sur une terrasse baignée de soleil au bord d'une piscine naturelle, nous partons en randonnée.

capcabane-P.labourdette

Randonnée et grand bol d'air !

Grâce au site Balades et Randonnées en Landes de Gascogne, nous trouvons une petite boucle d'à peine 10 km aux alentours de Captieux. Nous arrivons ainsi à Goualade, où la bergerie de Cap de Bos, bâtie en arc de cercle, apparaît comme un vestige d'un passé révolu. Nous nous fondons au cœur de la forêt de pins sablonneuse. Il y fait un peu chaud mais très vite, au détour d'un ruisseau, la forêt-galerie si spécifique au Parc naturel régional des Landes de Gascogne, nous offre de la fraîcheur. Une fois rentrés, nous déchaussons les baskets pour continuer notre épopée girondine.

À la découverte du Sud-Gironde du Moyen-Âge

Pour connaître l'histoire mouvementée de l'Aquitaine, direction les châteaux médiévaux de Villandraut et Roquetaillade situés au beau milieu des vignobles du Sauternes. Ces imposants édifices du XIVème, sont des témoins des Templiers, des guerres franco-anglaises et de la Renaissance... Notre coup de cœur se révèle avec la découverte de la Chapelle Saint-Michel à Mazères, ses couleurs et son style incomparable, l’œuvre spectaculaire de l'architecte renommé du XIXème, Viollet Le Duc, grand spécialiste de la restauration monumentale. L'incroyable cité médiévale de Saint-Macaire nous surprend et nous éblouie encore davantage. Nous nous baladons autour des remparts, visitons la cathédrale et les ruelles pavées. Dans cette ville aux pierres dorées, le temps semble s'être arrêté.

roquetaillade

Un art de vivre...

Ce séjour en Sud-Gironde nous permet de flâner et de profiter d'un peu de la douceur de vivre du Sud-Ouest. La gastronomie et les spécialités culinaires ne manquent pas. Sur une petite place, à l'ombre des platanes, nous goûtons aux incontournables du terroir : du bœuf de Bazas pour mon carnivore de chéri, un poisson accompagné d'une sauce à l’échalote pour moi et deux verres de Graves. Pour l'inévitable note sucrée à la fin du repas, j'ai acheté des Puits d'Amour à la Maison Seguin de Captieux. De quoi terminer divinement ce séjour romantique, de courte durée certes mais particulièrement ressourçant et réussi !

Puits d'amour de la Maison Seguin