Leyre, Rivière Sauvage...
La Grande Leyre, surnommée la petite amazone, a été labellisée « Site Rivières Sauvages » le 23 septembre 2017 sur la portion située entre Sabres et Moustey. Il s’agit du plus long tronçon labellisé de France soit 55 km.

Pourquoi la dit-on sauvage ?

Le bassin versant de la Grande Leyre abrite une quarantaine d’espèces patrimoniales. C’est ici un sanctuaire incroyable pour des espèces très menacées voire disparues ailleurs. On connaît l’importance cruciale des lieux pour la loutre ou la cistude… Mais on pourrait aussi évoquer certains insectes aquatiques que l’on ne trouve plus sur la planète, qu’ici et dans quelques tourbières de Scandinavie, ou encore le Brochet aquitain qui, depuis 200 000 ans, s’est maintenu sur le territoire.

Absence de barrage, liberté du cours d’eau, entretien raisonné de la rivière, abords du cours d’eau éloignés des pressions urbaines et des exploitations, bonne qualité d’eau, faune et flore préservées, quiétude, qualité des paysages, maîtrise de la fréquentation des loisirs, etc., sont autant de critères exigeants ayant permis à la Grande Leyre de rejoindre le réseau des dernières « rivières joyaux » de France.

 

L’histoire du label « Site Rivières Sauvages »

Aujourd’hui, il n’y a plus de rivières totalement sauvages, ni en France, ni en Europe. Il en reste quelques-unes en Amérique du Sud et Amérique du Nord, en Alaska, au Canada, en Russie et sur le continent Africain.

Ce qui subsiste en Europe n’est pourtant pas négligeable : des rivières hautement patrimoniales qui ont subi peu, voire aucune altération liée aux diverses activités humaines. Elles hébergent des populations animales et végétales abondantes et variées. Les activités économiques développées autour de ces rivières sont compatibles avec le maintien du très bon fonctionnement écologique de ces milieux.

Ces rivières ont besoin que l’on renforce leur préservation, que l’on initie des programmes de conservation pour éviter leur dégradation.

Pour cela, le label « Site Rivières Sauvages », créé par ERN (European Rivers Network) et le fonds pour la conservation des rivières sauvages, est un outil de valorisation au service des gestionnaires, en coopération avec un organisme certificateur, l’Afnor. Désormais c’est un « réseau de rivières sauvages » qui se constitue progressivement, au fur et à mesure des labellisations des rivières en France et en Europe, pour relier des territoires d’exception, soit 14 actuellement. Ce label est obtenu pour 5 ans. Pour conserver cette reconnaissance et même l’étendre à d’autres cours d’eau du Parc, il est important que les acteurs socio-professionnels, habitants et usagers puissent se l’approprier et rester en veille pour préserver la qualité de notre cadre de vie.

 

En savoir plus

En allant sur cette page