Eglise Saint Sever Goualade
Avec Hadrien Rozier, chargé de mission inventaire

 Église Saint-Sever de Goualade

DSC00405-min

Le toponyme Goualade, où le « passage du ruisseau large » en Gascon, serait à rapprocher de l’explosion démographique des 11e et 12e siècles dont seraient contemporaine la moitié des paroisses de la Haute Lande qui portent, elles aussi, un toponyme gascon. Le recourt à des éléments naturels dans leurs toponymes, ici à un ruisseau, témoignent d’une part, de la forte croissance démographique, et par extension, du besoin de défricher de nouvelles terres, et d’autre part, de l’intérêt porté au milieu naturel, dont dépend la mise en culture des terres. L’hypothèse d’une fondation médiévale se confirme avec la première mention de la paroisse en 1112. « Goelade » fait alors partie du diocèse de Bazas.

La nef et le chœur de l’église actuelle, couverts d’une voûte en berceau et d’un cul-de-four, datent du 12e siècle. Ils pourraient ainsi correspondre à l’église mentionnée dans les sources écrites. Les peintures du chœur, en partie cachées par un retable, représentent un christ « salvator mundi » ou Christ sauveurs du mondeentouré des quatre évangélistes. Il porte orbe dans sa main gauche tandis que sa main droite forme un signe de bénédiction. Les voûtes des bas-côtés, dont les nervures à double cavet pénètrent directement leurs supports datent du 16e siècle.

Les bâtiment communaux d'Escaudes

DSC00385-min

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la commune d’Escaudes, forte de ses communaux sylvicoles, investit dans ses infrastructures avec la création d’un complexe destinée à assurer sociabilité et hygiène à ses habitants.

Les trois bâtiments : le foyer rural (1948), l’agence postale (1952), les bains-douches et son lavoir (1955) sont construits par un même maître d’ouvrage : l’ingénieur Juramy. Ils sont caractéristiques de cette période où le lien social occupe une place importante autour de la culture, de la communication et de l’hygiène. Disposée en ordre lâche sur une clairière située dans le bourg d’Escaudes, ces bâtiments, de style néo-basque, évoquent à la fois l’architecture landaise de l’airial et celle, déjà réinventé, de l’architecture traditionnelle basque.

DSC00377-min

Vous ne pouvez pas voir ce commentaire.

Vous ne pouvez pas poster de commentaire.